Chochołów monastery

english_

français_

Chochołów Monastery

Monastery, mushroom growth farm, 2016

with Jean Haffner (FR)

Student project

 

Settled on the heights of Cyrlica hill, just above the Chochołów Polish village, this single-storey monastery is overhanging on the valley. Reachable by a hiking path that begins by the village itself, the hill also provides an alternative pathway for more private and technical usage on the hidden eastern slide slope. Up there, monks grow mushrooms in narrow yet adapted caves. Indeed, mushrooms’ needs are very basic and perfectly fulfilled by mined caves. An high hydrometry, a constant temperature and no light needs are essential components of a 4 months period production cycle. Moreover, mushrooms are grown on compost ricks made out of manure and can be handpicked. The weak and unfertile soil of the region forced the farmers to turn to cattle and livestock farming. The excess of manure can thus be used by the monks for their specific farming.

 

The mushroom production is also an interesting way for the monks to have a certain social contact with the village, by selling their harvest. Yet, solitude is an essential condition for praying, so a clear and distinct separation between private and public spaces is necessary. This is mostly for this reason that the project is

half-buried. Between private and public usage, the project also provides a very unifying function : a chapel.

The upper part of the project, which is also the ground floor, is only dedicated to the monastery. Designed for about 20 persons, the facility provides everything that can be needed for an isolated life at the foot of Tatras mountains. By entering the building, by the western facade, one can access the double height library, where monks can easily work in peace. From that place, workshop room, storeroom, kitchen and refectory are easily reachable. The northern and eastern wings are dedicated to monks’ independent cells.

 

The hearth of the monastery, the cloister, is the central place around which monks’ daily life gravitates. From there, the upper part of the two-walls chapel emerges. Monks can go down by the staircase stuck between the double thickness of the curved walls. The lower story of the project is mostly composed of mushrooms growing caves’ network. Still, a main axis connect the western and eastern slides of the hills, converging to the very center of the mount : the chapel. If the western side of the axis is mostly used by villagers to reach either the monks’ shop or the chapel, the western part is dedicated to technical usage. Alongside that axis, storage and preparation rooms are thus facilitating the monks’ job.

Monastère de Chochołów

Monastère, ferme à champignons, 2016

avec Jean Haffner (FR)

Projet étudiant

 

Installé au sommet de la colline Cyrlica, sur les hauteurs du village polonais de Chochołów, ce monastère surplombe toute la vallée. Atteignable via un chemin de randonnée qui débute à la lisière du village lui-même, il est également desservi par des chemins cachés de l'autre côté de la colline. Là haut, les moines cultivent des champignons dans d'étroites caves, pourtant adaptées à cette culture si spécifique. En effet, les champignons possèdent des besoins élémentaires parfaitement adaptés aux caves souterraines : une forte hygrométrie, une température constante et pas de besoin lumineux sont les composants essentiels d'un cycle de production de 4 mois. De plus, ils ne nécessitent qu'un compost réalisé à partir de fumier et peuvent être ramassés à la main. Le sol aride et peu fertile de la région Podhale ayant forcé les fermiers à se tourner vers la production animale plutôt que la culture, l'excédent de fumier peut ainsi être utilisé dans un cycle de production locale.

 

La production de champignons est également un bon moyen d'entretenir un contact social avec le village, en y vendant leur récolte. Pourtant, la solitude étant une condition essentielle de prière et recueillement, une séparation claire et distincte entre la partie accessible au public et le reste du monastère doit être effectuée. C'est en grande partie pourquoi le monastère est enterré. Entre sphère publique et privée, le projet propose également une fonction signifiante : une chapelle. Ainsi, la partie supérieure est uniquement dédiée au monastère et peut accueillir une vingtaine de moines, leur proposant tout ce qui est nécessaire à une vie de reclus aux pieds des Tatras. En entrant dans le bâtiment par l'ouest, on accède à un grand hall et une librairie à double-hauteur. De là, toutes les autres pièces fonctionnelles sont accessibles. Les ailes nord et est sont quant à elles dédiées aux cellules de moines.

 

Le cœur du monastère, le cloître, est l'espace central autour duquel la vie monastique gravite. C'est également l'endroit d'où émergent les deux murs courbés de la chapelle. Ainsi, les moines ne peuvent descendre que via l'escalier coincé entre la double épaisseur de l'un de ces deux mur courbe pour accéder à la chapelle et aux caves. Ainsi la partie inférieure du projet, étant essentiellement composé d'un réseau de caves de culture et d'un espace de vente, est traversée de part et d'autre par axe principal reliant les deux pans est et ouest de la colline, au milieu duquel la chapelle se dresse. De ce fait, la chapelle est à la fois lieu de convergence et espace central de la vie monastique. Elle se pose comme transition entre agitation et activité, et prière et isolat, entre le matérialisme de la vie terrestre et le mysticisme de la vie céleste. La chapelle transcende indéniablement le rapport entre le dehors et le dedans, entre le cœur de la terre et des hommes et l'au-delà.

back

© clément godry 2017